Alimentation d’hiver

La consommation de fourrages grossiers, produit de la chaleur en particulier, par la digestion des éléments fibreux, cellulosiques, et permet aux animaux de s’adapter aux basses températures.

En plein air les rations de foin doivent donc être augmentées, et il est judicieux de distribuer en libre service des fourrages de texture grossière (graminées récoltées à un stade avancé), nécessitant une durée d’ingestion prolongée.