Quelle stratégie face à une pénurie de foin?

Les cours du foin en hausse incitent à chercher des produits de substitution, et parfois un recours à des aliments concentrés pour compenser les faibles ressources en fourrages.

La réduction de la part de fibres dans la ration, et l’augmentation de pourcentage de concentré comportent un grand danger pour l’équilibre digestif et exposent à des troubles métaboliques sérieux.

Il est donc préférable d’assurer un apport suffisant en fourrages grossiers, même de faible valeur nutritive, par exemple des foins cellulosiques, récoltés mûrs, et d’utiliser un concentré en complément de ration.

Ceci est valable aussi bien pour les ruminants que pour les monogastriques (chevaux).

Des foins « pailleux » et de présentation peu commerciale (couleur) se négocient encore à des prix acceptables.